Le rendez vous des professionnels de la gestion de patrimoine

texte des styles : objet caché

Plus-values de cession de titres, quel prix d'acquisition retenir ?
19/03/2018

Thumbnail [16x6]

Un contribuable avait souscrit, lors de la constitution d’une société, 150 000 parts au prix unitaire de 10 €, soit une valeur totale de 1 500 000 €, mais n’avait versé que la moitié de la somme, soit 750 000 €. Pour le calcul de la plus-value réalisée lors de la cession ultérieure des titres, l’administration avait considéré que le prix d’acquisition devait s’entendre du prix effectivement versé par l’intéressé (750 000 €) et non du prix convenu (1 500 000 €). Les juges du fond s’étaient rangés à cette position.

Le Conseil d’Etat annule pour erreur de droit l’arrêt de la cour administrative d’appel de Nancy pour n’avoir pas recherché si la somme de 750 000 € dont le contribuable restait redevable à l’égard de la société (et qui n’avait pas été intégrée au prix d’acquisition faute d’avoir été personnellement acquittée par l’intéressé) ne constituait pas une contrepartie effectivement mise à sa charge.

Autres articles

Condamnation d’un dirigeant de fait

Le liquidateur d’un société mise en liquidation attaque en responsabilité pour insuffisance d'actif sa gérante de droit ainsi que celui qu’il estime être son gérant de fait.

Bail commercial et taxe foncière

Le Code du commerce (articles L 145-1 à L 145-60) dresse la liste des charges, impôts, taxes et redevances qui, en raison de leur nature, ne peuvent être imputés au locataire d’un bail commercial.

Le registre des bénéficiaires effectifs

La loi a créé une obligation d’identification des bénéficiaires effectifs pour les personnes morales inscrites au Registre du Commerce et des Sociétés, en vue de les déclarer sur un registre spécial.